Rechercher

Matriarcat = Patriarcat ?

Mis à jour : sept. 16

Est-ce qu'une société dirigée par des femmes serait meilleure ?

Ma fille, en troisième, revient tous les jours depuis la rentrée, avec des exemples de profs femmes et de la directrice, qui font des réflexions aux gamines habillées en débardeurs ou en tee-shirt épaules dénudées. Ben oui, il fait chaud même très chaud pour un mois de septembre.

Les filles, rangez vos nibars naissants ou déjà généreux pour certaines, tant mieux pour vous et tant pis pour moi. Mon Dieu, sainte mère, on aperçoit vos bretelles de soutifs ! Enfin quoi les nanas, un peu de tenue !

« Mademoiselle, vous avez une tenue de trottoir ! » Cette jolie réflexion, de très bon goût, vous est offerte par madame la directrice elle-même ! Bravo ! 20/20 avec mention très bien. Repasser me voir dans trente ans ! Nous verrons si votre mentalité a évolué pour passer au niveau supérieur.

Collège laïque, collège de la république ! Sous les hués.

À l’aube de 2021, voilà encore ce genre de connerie que l’on peut entendre et de surcroît à l’école de légalité, de la liberté et de la fraternité. Tous ensemble, tous, tous !

Des femmes qui ont lutté, des femmes qui continuent la lutte au quotidien du 21 ème siècle, pour défendre leur liberté, leur égalité et leurs droits d’être des femmes dans une société patriarcale. L’école, lieu d’ouverture au monde, aux autres, à la tolérance où les femmes référentes ne font pas dans la solidarité et ni la dentelle !

Est-ce que ces dames veulent le retour en arrière ? Je leur conseille le livre et la série « La servante écarlate » de Margaret Atwood ou « The Handmaid’s tale » pour les bilingues.

Des femmes entre 45 et 55 ans, donc encore jeunes à mes yeux (faut dire que j’ai bientôt la cinquantaine), qui travaille pour l’école laïque et se permettent ce genre de réflexion sexiste et vulgaire.

Petit quiz : qui dans ce contexte a été la plus choquante ? Une jeune fille aux épaules dénudées ou la magnifique métaphore de madame la directrice ? Et la réponse est : « Faut-il manifester pour le port de la burka pour toutes ? »

Je me questionne : en quoi, une jeune fille serait plus obscène habillée en débardeur ou avec un décolleté, qu’un garçon en pantalon Skinny qui lui moule bien les formes justement, parlons d'elles ? Arrêtons d’érotiser le corps des filles comme s’il n’était qu’un objet sexuel.

Toutes ces femmes ont-elles des problèmes existentiels pour vouloir que nos filles cachent leur corps ? Ne devraient-elles pas défendre nos filles, être solidaires et refuser cette soumission ? Nos jeunes filles devraient-elles avoir honte de leurs formes, de cette féminité qu'elles incarnent et non une sexualité dégradante ? En quoi ces futures femmes aguicheraient les garçons parce que leur corps se transforme « en formes » ? En forme de quoi me direz-vous ? En forme de vilains fantasmes fabriqués par une société malade.

N’y aurait-il pas plutôt un problème éducatif de nos garçons ? N’est-ce pas à nos fils qu’il faudrait inculquer le respect des femmes et de leur corps ? Si les garçons, ces futurs hommes étaient mieux éduqués, il me semble qu’ils apprendraient à contenir leurs pulsions et apprendraient à savoir aussi dire « non » à une fille qui les aguicherait « bêtement ». Il serait peut-être temps de faire évoluer les mentalités et également apprendre aux garçons qu’ils ont un cerveau et qu’ils ne sont pas que des sexes en érection, que les hommes ne sont pas non plus des objets sexuels.

Enseigner à nos jeunes le bon sens, le respect de l’autre, la maîtrise de ses émotions et de ses pulsions, la maîtrise de soi, seraient plus utile que les cours de technologie ! Oups ! Pardon, je me laisse aller qu'on me pardonne, je ne suis qu'une femme...

En quoi, nos formes de futures femmes devraient devenir une gêne ou dégénérer en complexes ? Qui sont les dégénérés ?

Va-t-on tuer le patriarcat pour le remplacer par un matriarcat aussi fermé et intolérant ?

Changez l’éducation de vos fils, qu’ils prennent aussi leurs responsabilités et nous pourrons en reparler au lieu de prendre le problème à l’envers en demandant une fois de plus aux femmes de se couvrir. L’éducation des garçons commence à l’école maternelle où on ne leur apprend pas que, soulever la jupe d’une petite fille ça ne se fait pas. Petite fille qui vient se plaindre à une maîtresse, déjà fatiguée par les centaines de plaintes par jour et qui lui répondra que "ce n’est pas grave". Des "water-closets" qui ne sont pas séparés et où tout le monde peut se reluquer sans être gêné sauf pour certains enfants qui se retiendront une journée entière pour ne pas aller aux W.-C. Des petits garçons qui embrassent de force une petite fille qui dit « non » mais dont on ne respectera déjà pas le « non ».

C’est avec ce type d’attitude que l’on forme les futurs jeunes à la rébellion ou la soumission pour d'autres et que l’on continue de construire une société toujours plus agonisante.

Avoir des formes, avoir un corps, ça n’est pas de la provocation et encore moins une incitation au viol ! C'est même une horreur d'oser le dire ou le penser. Pauvres garçons qui n'ont pas su garder leur membre dans leur pantalon !

La provocation, c’est une directrice qui dit à une jeune collégienne qu’elle porte "une tenue de trottoir". D’ailleurs, ça veut dire quoi ? Une pute n’est pas respectable ? Parce qu’une prostitué, elle, elle peut être violée ? Elle est habillée pour ça ? La seule tenue de trottoir que je connaisse actuellement, c'est le port du masque.

La provocation, c’est une prof qui demande à une jeune fille de 14 ans en débardeur de mettre sa veste en cours pour cacher ses épaules et les bretelles de sa lingerie qui dépassent.

Moi, ce sont ces personnes qui enseignent à mes filles, qui me font honte et tout à coup ne deviennent absolument plus crédibles à mes yeux. Ce sont ces femmes qui ne revendiquent pas leur droit à être des femmes à part entière.

Alors, les filles, assumez vos corps, soyez bien dans votre peau et dans vos têtes parce que pour moi, le plus important, c’est que mes filles, VOS filles, ces futures femmes soient épanouies, libres et heureuses dans leur vie sans craindre qu'on les bâillonne. Parce que ça aussi, ça risquerait d'inciter au viol.

Et comme m'a dit ma fille : « puisque les tenues vestimentaires des femmes deviennent problématiques et incite au viol, alors, tous à poil ! ».

Laëtitia BERNARD

Mardi 15 septembre 2020



Email: lb.sophrologuecaen@gmail.com

Mobile: 06 42 83 77 96

Adresse cabinet

34 rue Robert Letellier

14000 CAEN

Portrait2.jpg

© 2019 par Laëtitia Bernard Proudly created with Wix.com